Avant propos du livre "ABC de magie naturelle"


Il y a quelques années, je fis quatre curieuses rencontres. Bien qu’apparemment différentes, chacune éveilla en moi un écho qui fit résonner les niveaux les plus profonds de ma mémoire. Au-delà des apparences, chacun de ces êtres paraissait agir en relation avec une même source.

Le premier jour, je vis une femme sur une plage. Ayant pénétré dans l’eau, elle accomplit un rite curieux en prononçant des phrases que je ne compris pas. Elle semblait faire corps avec la nature, absorber l’eau et communier avec le soleil, unissant les éléments dans un rite dont j’ignorais tout.

Le deuxième jour, alors que je rentrais dans une chapelle sombre et voûtée, je rencontrais un homme, un bâton à la main, agenouillé devant une antique vierge noire. D’anciennes paroles latines sortaient de ses lèvres alors qu’un nuage d’encens s’élevait à ses côtés. Il me sembla que l’énergie du sol remontait en lui, dans son bâton, faisant jaillir son amour et l’unissant à sa mère la Terre.

Le troisième jour, tandis que je cheminais dans la campagne sous un ciel gris, je vis une femme à l’orée d’un bois. Tournée vers le levant, elle semblait parler à des êtres que je ne voyais pas. Elle leva alors ses bras vers le ciel et je crûs voir le soleil tourbillonner quelques instants sous les nuages alors que ceux-ci se dispersaient et que les rayons fécondaient la terre humide.

Le quatrième jour je vis un homme, debout sous le soleil du désert. Dans les sables brûlants et les antiques ruines d’un temple, il perpétuait l’ancien rite jadis oublié en ce lieu. Apposant parfois ses mains sur les murs, il marchait et priait, invoquant les dieux de ces contrées par les mots qu’ils avaient autrefois instaurées. Je sentis le souffle des antiques divinités et la puissance du lien qui se manifestait de nouveau.

Ces quatre rencontres contribuèrent à écarter les voiles de l’oubli et me poussèrent à rassembler quelques traces abandonnées des antiques pratiques théurgiques préchrétiennes. Car loin d’avoir complètement disparues, on retrouve toujours çà et là quelques permanences de ces traditions. Des années de recherche et d’enquête, de nombreuses rencontres m’ont permis peu à peu de recueillir, d’ordonner et de clarifier autant que cela était possible, ce qui n’était jadis transmis que de façon orale.

Mais les traditions ne doivent pas disparaître et il en est même certaines qui renaissent. Nul doute que les spiritualités fondées sur le caractère sacré de la nature feront un retour sans cesse plus marqué. L’homme ne peut se retrancher du milieu dont il dépend. Il en est une part pleine et entière. De la même manière, nul homme ne pourra dans le siècle à venir continuer à affirmer sérieusement qu’il détient la vérité unique. Tous les peuples, toutes les cultures, toutes les religions sont l’expression d’une spiritualité ressentie et exprimée de façon apparemment différente. Mais derrière toutes ces doctrines ou pratiques, demeure l’homme et ses aspirations. Le sentiment de la terre nous unit tous comme habitant d’une même planète. Les intolérances, les racismes, les haines religieuses ne sont que les efforts désespérés de ceux qui cherchent à exalter la part destructrice de l’homme.

Différentes expressions de la magie naturelle sont rassemblées dans cet ouvrage. Elles apparaissent comme la manifestation d’un effort sincère d’agir délibérément au sein du monde magique et spirituel. L’objectif est l’harmonisation de l’être vis à vis de lui-même et du monde qui l’entoure. Qu’importe alors la langue, la croyance ou la couleur de la peau de celui ou de celle qui ouvre ses yeux à l’invisible. La volonté d’aller au-delà des apparences, de chercher à se dépasser sans cesse dans le respect d’autrui, sont les marques communes de ceux qui ont transmis ces pratiques. Puissent-elles ainsi échapper à l’oubli.

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Follow Us
Social Medias

Privacy Policy
Copyright © 2017 Jean-Louis de Biasi

All rights reserved

  • My Facebook Page
  • My YouTube Channel
  • My Twitter