Introduction du livre "ABC de la spiritualité maçonnique"


La Franc-Maçonnerie est certainement la plus célèbre des sociétés initiatiques contemporaines. Toutefois, elle demeure souvent incomprise ou méconnue par les Francs-Maçons eux-mêmes.

Apparue à la fin du 18ème siècle, elle s’est rapidement développée en Europe, avant de gagner le reste du monde. Elle a su établir une fraternité dépassant les différences culturelles, politiques, religieuses et ethniques. Après avoir traversé les siècles, elle est toujours vivante, tâchant de véhiculer les idées de progrès, de liberté de pensée et d’éveil de la conscience. On pourrait donc croire que nous sommes devant le remarquable exemple d’une école initiatique, descendant directement des bâtisseurs de cathédrales et du temple du roi Salomon. C’est en tout cas la revendication historique et symbolique la plus fréquemment citée.

Mais on est en droit de se demander si c’est vraiment le cas. En effet, des éléments contradictoires apparaissent rapidement lorsqu’on analyse plus sérieusement et sans a priori ce qui constitue cette société.

La plupart du temps, les Francs-Maçons donnent une image idéale de leur fraternité. L’idéologie dont nous venons de parler existe bien et correspond à l’idéal de la philosophie des lumières qui vit naître ce mouvement. Composée de trois initiations d’apprenti, de compagnon et de maître, de cérémonies régulières et de grades de perfectionnement, elle semble bien incarner un système initiatique capable de guider l’individu vers la lumière de la connaissance, la liberté et la responsabilité.

Mais si nous levons une partie du voile sur ses rituels, le contenu de son enseignement et encore plus sur sa méthode, l’extraordinaire édifice peut nous paraître vide, désert, sans vie. La Franc-Maçonnerie, sous ses airs de vénérable institution, serait-elle devenue une coquille vide, incapable de transmettre une véritable méthode de travail sur soi ? Ne serait-elle plus aujourd’hui qu’un forum privé dans lequel on glose sur la connaissance et la rectification de l’être, sans jamais oser la mettre en application ?

On peut s’offusquer des luttes de pouvoir, on peut s’indigner des malhonnêtetés, on peut se lamenter sur l’inculture des Maçons eux-mêmes, il n’en reste pas moins que la plupart des questions qui leur sont adressées, demeurent sans réponse.

La Maçonnerie est-elle devenue un mort-vivant ne parvenant pas à trouver la paix du tombeau, ou a-t-elle étouffée de toutes ses forces l’héritage initiatique qui lui a donné la vie ?

Il est vraisemblable que le second ait entraîné le premier, du moins si nous considérons les Obédiences.

Mais tout a-t-il définitivement disparu ? Nous ne le pensons pas.

Les initiés qui participèrent à la création de la Franc-Maçonnerie et à l’élaboration de ses rituels, ont laissé plus qu’on imagine.

Les questions qui nous ont servis de guide dans cet ouvrage vont nous conduire de l’autre côté du voile, à l’intérieur de ces temples mystérieux. Car la Franc-Maçonnerie n’est pas une simple institution philanthropique. La plupart du temps, les grandes Obédiences hésitent encore à aborder franchement les questions idéologiques, philosophique et initiatique. Elles préfèrent inciter les initiés à travailler sur eux-mêmes et à s’améliorer. Dans un même temps, elles prennent soin d’écarter tout ce qui pourrait les rendre suspecte vis à vis des sectes. Position inconfortable s’il en est. Il n’est pas de bon ton aujourd’hui de parler de la dimension occulte, spirituelle et initiatique de ce courant. Chacun prend soin de dire ce que la Maçonnerie devrait être. Si elle ne parvient pas à ses buts, la coutume consiste à attribuer cela aux Francs-Maçons qui la composent et non à la structure elle-même !

En prenant un peu de recul pour nous interroger sur sa nature essentielle et sur les courants qui lui ont donné naissance, nous allons découvrir qu’elle transmet un riche héritage initiatique. Il remonte à la fois aux écoles de Mystères de l’antiquité et à certaines grandes traditions philosophiques de notre histoire.

Quelques loges et initiés ont toujours su conserver intactes ces connaissances, tel un flambeau éclairant les ténèbres et témoignant de la sagesse de nos prédécesseurs.

Car la Franc-Maçonnerie n’est pas née sans outils, sans idéologie et sans méthode. Elle est née des mystères antiques, comme Athéna sortie toute armée du crâne de Zeus. Elle a su adapter certains aspects de la riche tradition méditerranéenne, pour en faire une vraie fusion entre la philosophie et la spiritualité. C’est cette réunion qui est capable de réaliser dans le monde moderne une forme contemporaine de l’utopie sociale dans laquelle la fraternité, l’humanisme et la quête du sacré sont centrales. Cette réalisation ne se fera pas spontanément. La Franc-Maçonnerie n’est pas une religion, c’est une école initiatique et à ce titre elle se doit de transmettre une méthode et des techniques précises pour aboutir à un résultat. Un initié n’est pas quelqu’un qui attend béatement une transformation de sa nature par la fréquentation passive de divers symboles.

C’est un individu qui a décidé de prendre sa vie en main, en empruntant une voie qui lui correspond accompagnée de techniques progressives et capable de lui indiquer clairement des principes de vie. C’est ainsi qu’il sera guidé vers la transformation pour laquelle il a été initié.

Ces connaissances ont existé, n’ont pas complètement disparues et c’est dans cet esprit que nous répondrons aux trente trois questions posées dans cet ouvrage.

Que vous soyez Franc-Maçon ou pas, le message maçonnique éclairé par les sources antiques de l’initiation est encore capable d’apporter quelques lumières sur les questions essentielles de l’existence et sur la façon de vivre heureux ici et maintenant.

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Follow Us
Social Medias

Privacy Policy
Copyright © 2017 Jean-Louis de Biasi

All rights reserved

  • My Facebook Page
  • My YouTube Channel
  • My Twitter